AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Une ombre dans la nuit

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Edhel
Fondatrice


Nombre de messages : 663

MessageSujet: Une ombre dans la nuit   Lun 18 Mar - 9:11

---Printemps 1537---

Cette nuit, il faisait noir, si noir que l’on distingue à peine les étoiles au firmament. Cette nuit était une nuit sans lune. Une nuit où les elfes noirs étaient sans défense face à la magie. Comme pour conjurer le mauvais sort, chacun s’était retranché chez lui, avait barricadé porte et fenêtres et installé maintes amulettes de protection. Mais au beau milieu de ces ténèbres, une ombre se faufilait dans la ville. Glissant de ruelles en ruelles, elle finit par atteindre la résidence du Chef. Profitant de l’obscurité, elle s’invita à l’intérieur à l'insu de tous. Son but? Difficile à dire…

Esquivant les rondes de gardes, l’ombre se cachait dans les moindres recoins sombres, avançait puis se cachait à nouveau derrière une tenture ou une porte puis avançait encore. Finalement, elle s’arrêta devant la porte de la salle des interrogatoires. Elle porta la main sur la poignée, hésitant un instant. Des éclats de voix se firent entendre de l’autre côté. Tous les sens en alerte, l’ombre chercha un refuge du regard. Il fallait faire vite car déjà la porte entrebâillait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ezrhyl
Guilde des Bardes


Nombre de messages : 369
Localisation : Sur la grand place
Métier de votre personnage : Espion
Age : 123 ans

MessageSujet: Re: Une ombre dans la nuit   Lun 18 Mar - 16:51

Jusque là tout c'était bien passé. La progression dans les rues de la cité et dans le parc avait été une formalité pour le jeune Elfe habitué à courir tous les quartiers des plus huppés aux plus mal famés.
Par contre, tromper la vigilance des gardes se révélait toujours plus risqué. Heureusement, la lune noire exacerbait leur nervosité et ce fut assez facile de les envoyer sur de fausses pistes et de les obliger ainsi à libérer des espaces et angles morts. Il n'en fallait alors pas plus à Ezrhyl pour profiter des moindres recoins et continuer sa progression...

Il avait revêtu une tenue très souple et brune de façon à profiter de l'obscurité de la nuit et de pouvoir de fondre dans un décor d'habitation si besoin était. L'adolescent cachait en outre ses traits dans une cagoule des mêmes tons qui ne laissait paraître que son regard lavande parfois gênant car pas si courant. Ses mains étaient gantées de soie, à la fois petite coquetterie à la fois façon de continuer à dissimuler le maximum de sa personne sans perdre la sensibilité tactile que tout fouineur de son espèce se devait de préserver.
Pour ce qui était de ses accessoires... Mais n'allons pas trop vite et n'endormons pas le lecteur avec de trop longues descriptions.

Le voilà maintenant devant la porte indiquée par le plan qui lui était parvenu avec fort peu d'explications sur sa mission.
Ce genre de chose avait le don de le tirailler entre l'impression de se jeter dans la gueule du loup et périlleuse nécessité de découvrir ce qui se cachait derrière ce mystérieux parchemin.

Un montée d'adrénaline mit tous ses réflexes en alerte. L'oreille collée à la porte il venait de déceler mais peut être trop tard, le frôlement d'une approche derrière la porte.

*Aïe*

Son regard évalua en un éclair les possibilités de repli. la porte la plus proche était au moins à 5 mètres et nulle tenture ici ne pouvait le dissimuler. Ses yeux se portèrent vers le haut de l'architecture du couloir et y découvrirent une corniche providentielle formée par un linteau décoratif orné de volutes végétales en albâtre.

Le fouet qui pendait à sa ceinture s'y enroula en un clin d'oeil et Ezrhyl se hissa dans la foulée aussi vite qu'il le put. Les acrobaties n'était pas ce qu'il préférait, mais nécessité faisait force de loi et, que diable, il n'était pas non plus un de ces lourdauds d'humains.
Arrivé à hauteur du linteau il s'immobilisa, retenant sa respiration et espérant que comme la plupart des gens, la personne qui sortirait de la pièce ne chercherait rien dans les hauteurs. Il bénit aussi la soie de ses gants qui garantissait ses prises, enfin si sa situation ne perdurait pas trop longtemps.
Tout en souhaitant que cela ne s'éternise pas, le jeune espion se félicita de pouvoir observer qui sortirait de cette salle...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edhel
Fondatrice


Nombre de messages : 663

MessageSujet: Re: Une ombre dans la nuit   Jeu 21 Mar - 19:58

Dans un grincement caractéristique, la porte s’ouvrit, laissant le passage à une silhouette de haute stature accompagnée de deux gardes. La silhouette, un elfe vêtu d’une armure et au visage renfrogné, prononça quelques mots à mi-voix. Aussitôt, un des gardes éteignit les torches dans la salle et sortit en ricanant doucement. Dans la pièce, un léger cliquetis de chaines se fit entendre, vite étouffé par le grincement de la porte que l’on fermait à clé.

D’un pas ferme, l’elfe en armure s’éloigna, suivi de près par sa garde rapprochée. Dès qu’ils eurent tournés au coin du couloir, les ténèbres revinrent prendre possession des lieux à l’exception d’une faible lueur provenant d’une torche agonisante à deux pas de la fameuse porte.

Fort heureusement pour Ezrhyl, le trio ne l’avait pas remarqué mais à présent, comment allait-il pourvoir ouvrir une portée verrouillée et surtout, qu’allait-il trouver derrière ?!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ezrhyl
Guilde des Bardes


Nombre de messages : 369
Localisation : Sur la grand place
Métier de votre personnage : Espion
Age : 123 ans

MessageSujet: Re: Une ombre dans la nuit   Dim 24 Mar - 20:15

Le guetteur tendit l'oreille jusqu'à ce qu'il fut assuré que plus personne n'était à proximité et avec soulagement se laissa glisser en bas de son perchoir improvisé.
Il se dressait maintenant devant la lourde porte. Pas besoin de tester son ouverture. Le déclic caractéristique de la clé dans la serrure l'avait tout à l'heure déjà averti qu'elle était belle et bien verrouillée.
Salle d'interrogatoire fermée de l'extérieur. Cela ne pouvait signifier qu'une chose, quelqu'un s'y trouvait et le bruit de chaîne furtivement entendu l'avait conforté dans cette hypothèse. Ceci dit, quelque chose aussi peut être y était entreposé...
Ezrhyl fronça la narine droite en repensant à l'occasion des ses premières déductions qu'il ne connaissait toujours pas le motif de sa présence ici. Pensée qui le contrariait de plus en plus à mesure qu'il approchait de l'instant où il pénétrerait le lieux.

*Encore faut-il que tu puisses entrer mon grand... Voyons voir comment se défend la serrure d'un lieu où peu de gens ont envie d'entrer et où les prisonniers sont enchaînés...*

Cette dernière pensée lui donna du courage, il espérait bien que le mécanisme ne lui donnerait pas trop de mal.
S'il devait être honnête, ce qui lui arrivait parfois, le jeune Elfe devait bien avouer que le crochetage n'était pas son point fort. Non qu'il ait négligé cette partie de son enseignement clandestin, mais le destin en avait jugé ainsi.
Pour les curieux qui se demanderaient quelle excuse il pourrait bien invoquer pour être un médiocre crocheteur, voici la petite histoire. Ezrhyl avait un maître qui lui enseignait les ficelle du monte en l'air. Il l'avait glané au cours de ses frasques nocturnes dans les bas fond de la ville et progressait tant bien que mal, pour un amoureux de la musique et du verbe. Mais ce genre d’occupation ne manque pas de vous attirer des ennuis et un jour l'apprentis cambrioleur retrouva son mentor une dague entre les omoplates. Si cela était assez contrariant du point de vue pédagogique, Ezrhyl se dit que ses petits talents seraient ainsi tenus secrets et que cela pouvait s'avérer non négligeable. Il choisit donc d'en rester là, concernant sa condition d'apprentis serrurier.

Retournons maintenant vers notre intrus. Ayant fini de se gratter l'arrière de la tête, il sortit de sa chausse gauche un fin étui contenant tout ce qu'il avait gardé de son maître en crochetage. Les outils bien entretenus comme il se doit allaient devenir le passeport pour franchir le seuil de cette maudite porte.
Il s'agenouilla devant la serrure, serrure de bonne taille, aussi les lamelles y pénétrèrent sans difficulté, le tout était de tomber sur les ressorts adéquats pour faire coulisser le pêne dans le bon sens. Encore fallait-il que le mécanisme ne soit pas trop grippé, mais l'adolescent avait bon espoir que les sbires du Chef remplissaient leur office consciencieusement: aucun grincement déplaisant n'était arrivé jusqu'à ses oreilles lors du verrouillage de la porte.
Tous ses sens en alerte, il finit par sentir son matériel accrocher ce qu'il cherchait. La dernière manœuvre demandait un petit tour de main. Il pinça les lèvres et....

Je laisse le choix au MDJ de décider si la porte s'ouvre ou non
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edhel
Fondatrice


Nombre de messages : 663

MessageSujet: Re: Une ombre dans la nuit   Jeu 28 Mar - 20:50

…Et clic ! La serrure ne résista pas longtemps. Il faut dire qu’elle n’avait pas l’habitude d’être forcée et n’opposa pas de résistance. A peine le mécanisme fut-il déverrouillé que la porte s’ouvrit toute seule. Lentement et dans un grincement épouvantable, elle bascula sur ses gonds puis s’arrêta à mi-parcours. Le silence revint sans que l’ombre d’un pas de charge ne retentisse dans le couloir. Apparemment, les soldats étaient trop loin ou trop occupés pour avoir entendu le grincement.

Sans perdre un instant, Ezrhyl se faufila silencieusement à l’intérieur. La pièce était plongée dans l’obscurité totale et l’absence de lune n’arrangeait en rien les choses. Il lui faudrait quelques secondes pour que sa vue s’habitue aux ténèbres. Dommage pour lui car une voix vint briser le silence.

« Eh… » Demanda une voix faible et hésitante. « Y’a quelqu’un ? »

Nouvelle hésitation suivie d’un froissement d’étoffes.

« Vous êtes venus m’aider ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ezrhyl
Guilde des Bardes


Nombre de messages : 369
Localisation : Sur la grand place
Métier de votre personnage : Espion
Age : 123 ans

MessageSujet: Re: Une ombre dans la nuit   Sam 30 Mar - 8:49

Après la première satisfaction passée, tous les poils du jeune Elfe se hérissèrent au grincement tonitruant de la porte. Trop tard pour la retenir, il se jeta alors à l'intérieur derrière le battant, endroit le plus sombre, tous les sens en alerte, s'attendant à entendre la cavalcade des gardes des lieux. Là il ne fallait pas qu'il se fasse d'illusion, il aurait beaucoup de mal à s'éclipser ou à justifier sa présence ici hormis en assurant qu'il désirait e faire torturer et nul doute qu'il serait exhaussé...
Le silence revenue, il se détendit maudissant la femme de ménage:
*Les serrures cèdent comme une courtisane sous les assauts du soudard mais les portes sont aussi susceptibles qu'une pucelle!... Personne ne pense donc à graisser les gonds?...*

Ezrhyl papillonna et écarquilla les yeux afin de vite s'habituer à la pénombre. Il fallait que sa rétine s(imprègne du moindre photon on ne savait pas quelle mauvaise surprise pouvait vous attendre dans un tel lieu..
A propos de mauvaise surprise:
« Eh… Y’a quelqu’un ? »

...

« Vous êtes venus m’aider ? »


Le nouvel arrivé se mordit la langue pour ne pas répondre. En premier lieu il avait déjà constater qu'il avait un peu tendance à parler un peu vite en mission. Ensuite, il ne savait pas vraiment s'il était là pour ça, ne pas mélanger les missions était une des règles qu'il s'était fixées. Et en dernier lieu...
... il fallait bien l'avouer Ezrhyl ne sentait pas vraiment l'âme d'un chevalier blanc secourant la veuve et l'orphelin.
Il feignit donc de n'avoir rien entendu et entreprit d'inspecter les lieux. Il avisa un brasero où se mourraient quelques braises sans doute de quoi chauffer quelqu'instrument et y jeta trois morceaux de charbon de bois, juste de quoi créer une lueur lui permettant d'évaluer dans quel guêpier il s'était fourré. Cela fonctionna assez bien hormis le fait que la prisonnière restait encore trop nimbée de ténèbres pour être identifiée.
Prisonnière? Oui s'il se fiait au timbre de la voix qui l'avait accueilli.
*Un femme! Pffff!...*
La pensée qui le traversa était un mélange de découragement et d'une certaine indignation... S'il avait du traîner un boulet derrière lui, cela n'eût pas été pire et que l'on se permette de torturer une femelle lui paraissait inconcevable...
Tout en inspectant la salle et en particulier le trône du Chef - on ne sait jamais ce que l'on peut trouver dans un endroit pareil- il tentait de deviner à qui il avait affaire, mais devait bien se rendre compte qu'il lui faudrait soit s'approcher soit faire plus de lumière. La première solution semblant dans l'immédiat la plus prudente.
Ce qu'il fit. A mesure qu'il s'approchait il devinait le corps de la prisonnière adossée contre le mur, les poignets enserrés dans des bracelets de fer terminant des chaînes qui ne lui permettaient pas de poser complètement les bras. Cette position devait être épuisante. Visiblement elle le suivait du regard. Sa curiosité était à son paroxysme alors qu'il se trouvait à deux mètres environ de l'infortunée...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edhel
Fondatrice


Nombre de messages : 663

MessageSujet: Re: Une ombre dans la nuit   Lun 8 Avr - 5:58

Rien, pas une réponse. La prisonnière poussa un soupir résigné avant de retenir son souffle. Là, à quelques mètres d’elle, elle venait de voir les braises rougeoyer gentiment. Dans la pénombre entourant le brasero, elle devina une silhouette plutôt petite. Un nain ? Un enfant ? Chacune des deux suppositions semblaient tellement grotesques que l’inconnue secoua un peu la tête pour avoir les idées claires. Ce faisant, elle entrechoqua involontairement (en même temps, difficile de faire mieux) les fers auxquels elle était enchainée. La silhouette fureta un peu partout dans la salle avant de se rapprocher précautionneusement d’elle.

La prisonnière se figea et fixa son visiteur nocturne. Au fur et à mesure qu’il s’avançait, elle devinait mieux à quel genre de personnage elle avait à faire. Et à priori, elle s’était trompée. C’était bel et bien un enfant ! Elle fronça légèrement les sourcils de surprise.

« Qui…qui es-tu ? » demanda-t-elle dans un souffle.

Ce qu’Ezrhyl ne pouvait pas encore voir était que les vêtements de la prisonnière étaient en lambeaux. Son corps portait des zébrures caractéristiques de coups de fouet. Ces longs sillons sanguinolents étaient principalement situés dans le dos de la malheureuse et le tissu se collait par endroit aux plaies. C’est dire si elle était là depuis longtemps. Ailleurs, on pouvait voir des traces de brulures et autres entailles. Apparemment, on ne lui avait laissé aucun répit.

« Ai…aide-moi…pitié ! » murmura-t-elle une nouvelle fois

Alors elle se redressa tant bien que mal. Les fers cliquetèrent. Le visage de la femme était caché par une masse informe qui avait dû être ses cheveux. A présent, ils étaient emmêlés et crasseux mais l’on pouvait deviner par endroit leur blondeur naturelle. D’ailleurs, en y regardant de plus près, on devinait la peau claire et lumineuse sous les haillons. Aucun doute n’était permis, il s’agissait d’une elfe blanche ! Restait à savoir pourquoi elle était retenue prisonnière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ezrhyl
Guilde des Bardes


Nombre de messages : 369
Localisation : Sur la grand place
Métier de votre personnage : Espion
Age : 123 ans

MessageSujet: Re: Une ombre dans la nuit   Mer 10 Avr - 6:36

Ezrhyl maîtrisa un haut le cœur. Il avait beau être un elfe de la nuit, des ténèbres comme se plaisaient à le dire les autres races, la vie ne lui paraissait pas sans intérêt et les tortures qui semblaient avoirs mutilé le corps de cette femme révélaient un manque de pitié et de considération pour elle. En autre, bien qu'il refusait souvent de se l'avouer, il était encore bien jeune et n'avait pas une grande expérience des horreurs de la guerre, car c'était bien à cela qu'il était confronté à ce moment même.
Comme le plupart de ses congénères, il avait été éduqué dans la haine des autres peuples et la vie lui avait évité de se poser trop de questions à ce sujet. Sa rebellion contre son père avait occupé la majorité de ses pensées et des ses activités jusqu'à ce qu'il commence ses activités clandestines.
En tout cas cette femme était dans de beaux draps et ne serait-ce que par curiosité il fit deux pas de plus afin de voir à qui il avait affaire, sans doute une "traîtresse" comme il se disait dans les rangs du pouvoir, une de celle qui osaient prétendre que la paix était souhaitable et possible... Il se figea tout net lorsqu'à travers les lambeaux de tissu, il devina la peau claire de ce qui ne pouvait être qu'une elfe blanche.
Bien qu'il fut couvert des la tête au pied hormis ses yeux, il se retourna par réflexe tout en maudissant celui qui l'avait envoyé dans ce tracquenard.

*Non mais ce n'est pas possible! Qu'estce que je vais faire avec elle?*

« Ai…aide-moi…pitié ! » c'est ce qu'elle avait soufflé depuis les chaines qui la retenaient prisonnière et finissaient de lui meurtrir les chairs, mais on n'avait jamais vu un Elfe Noir venir au secours d'une Elfe de la lumière. en tout cas cela paraissait inconcevable au jeune espion.
Il ferma violemment les yeux pour chasser toutes les pensées qui n'auraient pas trait à ce nouvel imprévu qu'il devait analyser à toute vitesse.

Voyons... Il était un Elfe Noir et n'ayant rien trouvé d'autre dans cette pièce, il devait bien se résigner à accepter que sa mission avait un rapport avec cette.... Calamité, comment la nommer autrement? Le reste se mélangeait un peu dans sa tête. Avait-il été recruté par les camps des traitres? Cette pensée lui était particulièrement désagréable, s'il devait un jour choisir un camp, il le ferait de son propre chef et non manipulé par un bord ou l'autre
*Bravo! Un espion qui se fait manipuler!...*
Ou alors devait-il soutirer à cette femme par d'autres moyens les information que la brutalité des bourreaux n'était pas parvenu à obtenir? Pour être honnête, cette option lui plaisait bien plus car elle lui donnait un peu de temps pour se prononcer quant-à son attitude dans le futur proche qui l'attendait et qui était déjà assez compliqué. Il résolu donc de se faire passer pour un envoyé du "Chemin de la paix", groupe clandestin qu'il venait d'inventer. Cela lui donnerait la possibilité de justifier sa couleur de peau car il ne se faisait pas d'illusion à un moment ou un autre, elle apparaîtrait à "sa mission"...

Sans même se retourner vers la captive, et en cherchant de quoi aider à leur exfiltration, puisqu'il s'agissait de cela, il lança dans un souffle la première banalité qui lui passa par le tête:
"Tenez vous tranquille et économisez vos force pendant que je travaille à votre sortie d'ici."

Ses yeux tombèrent sur le panneau de bois qui jouxtait la porte et qui servait de présentoir aux diverses clés des lieux. Non loin du trône, il dénicha une chaîne terminé par un collier de fer.
Il revint alors avec le tout vers le suppliciée.
Avant de continuer à prendre des risques, il examina les mains et les haillons de la femme, pas besoin de tomber dans un piège grossier et de prendre un coup de dague qu'il n'aurait pas eu la présence d'esprit de soupçonner. Une fois rassuré, il mit un genou en terre et se surpris à chuchoter en écartant la masse de cheveux du coup de l'Elfe Blanche:
"Désolé mais ce sera plus crédible si nous croisons des gardes..."

Désolé! L'était-il vraiment? Il fallait qu'il donne le change en effet, mais le collier qu'il était en train de lui passer était aussi une assurance sur l'avenir aussi mince était-elle, elle pourrait lui permettre de ne pas passer tout de suite pour un traître, au cas ou...
Il finit alors pas déverrouiller les chaines qui enserraient le membres de l'infortunée.
"Debout, il vous faut marcher maintenant... Vous avez réussi à garder le silence... Vous pourrez le faire..."

Il n'était pas trop tard pour tenter d'obtenir des informations et c'était une entrée en matière comme une autre. Il enroula la chaîne autour de son bras comme l'aurait fait un sbire des lieux et se dirigea vers la porte, le femme à ses côté pour l'instant, histoire de la surveiller des yeux, cette aventure lui enseignait la prudence dont il n'avait pas fait preuve en s'y précipitant.
Il tendit l'oreille puis entrebâilla la porte pour vérifier que le couloir était désert...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edhel
Fondatrice


Nombre de messages : 663

MessageSujet: Re: Une ombre dans la nuit   Lun 15 Avr - 8:13

"Tenez-vous tranquille et économisez vos forces pendant que je travaille à votre sortie d'ici."

Sur le coup, la prisonnière se demanda si elle avait bien entendu mais en voyant s’affairait Ezrhyl, il n’y avait pas de doute possible. On venait l’aider ! Silencieuse, l’elfe ferma les yeux comme pour dormir un court instant tandis que des larmes de joie glissaient le long de ses joues. Puis soudain un contact. Elle frissonna tandis qu’on écartait ses cheveux et qu’on lui mettait un collier des plus inconfortables.

"Désolé mais ce sera plus crédible si nous croisons des gardes..."

Elle esquissa un pauvre sourire pour signifier qu’elle comprenait tandis que ses yeux d’un vert limpide se posaient sur le visage à demi dissimulé d’Ezrhyl. Elle ne pouvait s’empêcher d’admirer le courage de cet enfant et se disait que le monde pourrait être tellement magnifique si tous pouvaient lui ressembler. Puis il y eut un cliquetis et ses bras si longtemps tenus en position semi-élevée tombèrent d’eux-mêmes. A quatre pattes sur le sol froid et humide de la geôle, l’elfe blanche reprit son souffle tandis le sang affluaient à nouveau normalement dans ses membres.

"Debout, il vous faut marcher maintenant... Vous avez réussi à garder le silence... Vous pourrez le faire..."

Au prix d’un gros effort, elle réussit à se mettre debout. Ses jambes flageolaient sous elle et menaçaient de la faire s’écrouler à chaque instant. Lentement, elle se mit à suivre Ezrhyl qui la tenait en laisse. Finalement, ils quittèrent enfin cet horrible endroit et même si rien n’était encore joué la prisonnière lâcha un petit soupir de soulagement. Elle était en route vers la liberté et c’était tout ce qui comptait.

Ils commencèrent donc à remonter le couloir sombre et mal éclairé. Personne. Encouragés par ce début prometteur, ils continuèrent leur progression. Parfois on entendait des bruits de pas mais ceux-ci semblaient s’éloigner de leur position. La chance semblait être de leur côté. Ils étaient presque arrivés au passage qu’avait emprunté Ezrhyl pour entrer quand des bruits de voix retentirent à proximité.

« Alerteeeee ! Le prisonnier s’est évadééééé ! Alerteeeee ! »

Dire qu’ils ne leur restaient plus que quelques mètres avant la liberté ! Face à eux, deux choix possibles, soit ils prenaient la porte en face et fonçaient dans le tas ; soit ils prenaient la porte de droite en espérant que la pièce serait vide et qu’ils pourraient s’y cachés. Il fallait faire vite car déjà des bruits de pas pressés se rapprochaient de leur position. L’elfe blanche baissa sur l’enfant un renard qui semblait lui demander « et maintenant ? ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ezrhyl
Guilde des Bardes


Nombre de messages : 369
Localisation : Sur la grand place
Métier de votre personnage : Espion
Age : 123 ans

MessageSujet: Re: Une ombre dans la nuit   Lun 15 Avr - 17:49

C'était trop beau!
Jusque là tout c'était bien passé et il avait fini par croire que cela allait tourner à la promenade de santé.
Il en avait même profité pour essayer de renforcer la confiance qu'elle pouvait avoir mis en lui par des réconforts et une certaine admiration:
"Vous êtes quelqu'un de très important pour nous. Il fallait absolument vous tirer de là..."
Ou bien:
"Votre courage a passé les murs de cette demeure..."

"Allez encore un effort vote calvaire touche à sa fin..."


Tu parles! L'alerte qui lui vrilla les tympans le détrompa bien vite. Quelle poisse! il s'en était fallu de peu qu'il ne réussisse. Ils ne pouvaient pas attendre un peu pour découvrir son passage?
Plus qu'un choix possible: soit la baston soit la ruse en espérant que le sort jouerait en sa faveur. Avait-il vraiment le choix? Il n'avait que sa dague et son fouet, sa prisonnière était plus morte que vive, l'épreuve de force s'avérait perdue d'avance. Il se félicita alors d'avoir joué la carte de la comédie en feignant d'être un des bourreaux de la fugitive. La porte de droite s'imposait donc.
Il souffla à l'oreille de sa protégée:
"N'oubliez pas je suis votre nouveau geôlier.."

Puis il frappa à la porte. Et oui, les bonnes manière venue de son éducation mais surtout la crédibilité de ce qu'il aurait peut être à jouer l'exigeait. Cependant le temps pressait et il n'attendit pas trop longtemps qu'on lui répondît avant d'entrer, poussant brutalement la captive à l'intérieur.

"Ah! Tu croyais prendre la poudre d'escampette! Sale chienne!"

Il referma la porte derrière lui et simultanément il essayait de se rendre compte de l'endroit dans lequel il avait pénétré. Vide? Occupé? Par qui? Quelle figure devrait il se composer pour sauver les apparences? Il ne savait pas ce qu'il devait souhaiter rencontrer. Des gardes? Une servante? Ou alors quelqu'un de plus haut placé? Quitte à finir en beauté autant que ce soit face à un ennemi glorieux. Mais en même temps, qui avait parler de finir? Il n'envisageait en aucune manière que ce puisse être la fin. Pour être honnête il n'avait fait aucun effort pour avoir cet optimisme. Non cela ne devait être du qu'à son insouciance ou son jeune âge ou les deux...

Il s'immobilisa prenant une posture martiale, la chaîne dans une main, les cheveux de sa compagne de fuite dans l'autre...
En même temps ses oreilles guettaient les bruits dans les couloirs. si la chance lui souriait, les gardes passeraient leur chemin et il pourrait sortir...

Enfin, si personne ne les retenait ici...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edhel
Fondatrice


Nombre de messages : 663

MessageSujet: Re: Une ombre dans la nuit   Ven 19 Avr - 19:58

La pièce, où étaient tombés Ezrhyl et sa prisonnière, était plongée dans le noir. L’elfe blanche dont la vue était involontairement habituée aux ténèbres pouffa de rire doucement. En fait, plutôt qu’un rire, cela ressemblait à un truc indéfinissable, situé entre le râle et la moquerie. En effet, le jeune elfe s’était mis en garde devant un râtelier d’épées et autres hallebardes. Ils étaient ni plus, ni moins que dans un magasin d’armes ! Soulagée par cette constatation, la prisonnière se laissa tombée sur le sol, ses jambes refusant de la porter davantage.

« Dis-moi…qui…qui t’as envoyé me sauver ? » finit-elle par demander après avoir récupérer son souffle.

Mais en guise de réponse, des bruits de bottes au pas de charge se firent entendre près d’eux dans le couloir. Le silence tomba. Lourd. Pesant. L’elfe blanche devina alors une espèce de lucarne en face d’elle, à l’autre bout de la pièce. Discrètement, elle tira sur la manche d’Ezrhyl et lui montra la fenêtre du doigt. Malheureusement, il faisait noir vu que c’était une nuit sans lune et pour être sure que son sauveur ait compris, elle se pencha vers son oreille.

« Fenêtre droit devant ! »

Malheureusement, en bougeant, elle fit tinter la chaine qui la reliait au gamin. Tout se figea autour d’eux l’espace d’une seconde. Puis les pas se dirigèrent vers la porte et la poignée tourna doucement. Plus le temps de réfléchir, il fallait agir et vite ! Sans chercher à savoir ce que décider l’enfant, la prisonnière piocha dans ses dernières réserves, se mit debout et s’avança aussi vite qu’elle le pouvait vers la lucarne. Déjà, la porte commençait à s’entre-ouvrir. L’elfe poussa la vitre. Un rapide coup d’œil au dehors lui apprit qu’ils se trouvaient à l’extrémité du bâtiment, au pied de la rivière. Celle-ci se trouvait quatre ou cinq mètres en contrebas.

« Allez !» fit l’elfe en montrant la sortie à Ezrhyl.

A cet instant, un garde entra dans la pièce avec torche. Le destin était en marche. Restait à savoir lequel !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ezrhyl
Guilde des Bardes


Nombre de messages : 369
Localisation : Sur la grand place
Métier de votre personnage : Espion
Age : 123 ans

MessageSujet: Re: Une ombre dans la nuit   Sam 20 Avr - 7:54

Ezrhyl papillonna pour habituer ses yeux à l'obscurité avant de constater que la chance enfin lui souriait. Alors que sa "mission" se laissait tomber au sol, il s'approcha d'un râtelier et avisa une petite arbalète. Le genre d'arme qui correspondait mieux au jeune Elfe qu'une bâtarde ou une lance.
Dans son dos, la fugitive à bout de force lui posa la question qui tuait alors qu'il vérifiait qu'un carreau était bien en position sur la corde...
Qui l'avait envoyé? C'était bien là le problème, à la fois pour lui et pour la donzelle. A quel camp appartenait son commanditaire? Le savoir lui permettrait d'anticiper d'avantage alors que pour l'instant il n'avait fait que ménager la chèvre et le chou, louvoyant au fil des événements qui l'emportaient sans qu'il ait trop son mot à dire... Devait-il ménager le début de confiance que le début de leur courte histoire n'avait pas manqué de susciter chez la prisonnière? Ou bien, il n'était le jouet que d'un conspirateur qui voulait nuire au chef en montrant qu'une ennemie pouvait lui filer entre les doigts?

Il n'eut pas le temps de répondre à ces questions qui lui tournaient dans la tête depuis qu'il avait décidé de faire sortir l'Elfe Blanche.
Il se figea en attendant des pas repasser devant leur porte et se demanda si une autre issue pouvait les sauver au cas ou... Un carré de ciel lui apporta la réponse alors qu'elle lui tirait la manche.

*Merci j'ai vu!!*

Une part de sa mauvaise fois prenait là le dessus car dans l'état de la suppliciée, il se devait d'admirer sa présence d'esprit...

Ce petit compliment silencieux, se mua en sourde colère en se demandant tout compte fait si ce n'était pas un boulet qu'il traînait avec lui au bout de la chaîne..

*Pouvait pas se tenir tranquille?!!!!*

Le bruit de chaîne résonnait dans sa tête comme la chute d'une armure dans une cuisine... En même temps il devait admettre qu'elle avait plutôt bien assumé leur début d'évasion. Malgré ses blessure elle avait réussi à arriver jusqu'ici sans se plaindre...
Elle était même capable de prendre des initiatives ce qui lui évita de la pousser vers la lucarne, dernière échappatoire qui leur restait et adieu la couverture du garde qui allait ramener la fugitive. Elle ne tiendrait pas une seconde devant l'examen de la situation. Il suivit alors sa compagne d'aventure en surveillant la porte. Il était bien conscient que la chose la plus précieuse qui allait sans doute leur manquer était le temps. Il fallait trouver les quelques seconde voir les quelques fractions de seconde qui leur permettrait de franchir la petite ouverture....
Machinalement comme dans un rêve, il tendit le bras et le carreau s'envola vers le malheureux garde qui s’apprêtait à entrer dans la pièce. Il n'avait rien contre lui, mais si cela pouvait ralentir l'arrivé de ses compagnons jusqu'à la lucarne et lui éviter le même sort que la jeune femme, le calcul était vite fait... La fraction de seconde suivante, il donnait une bourrade autoritaire au postérieur qui finissait de se faufiler dehors. Au diable les précautions! Il serait toujours temps de s'occuper de ses blessures une fois sauvés du moins s'il y parvenaient. Un râle, la chute d'un corps mêlée aux jurons lui apprirent que son carreau avait joué le rôle qui lui était dévolu. Il se coula tête la première à l'extérieur et...
... Plongea dans la vide.
Il n'eut que le temps de voir arriver la surface de l'eau et fut saisi par le froid du courant. Première consolation, il allait l'aider à s'éloigner du danger..

*Bon sang! La femme!*

Dans l'état où elle était parviendrait-elle à nager? Certes ce ne serait pas le poids du peu de vêtement qui lui restait qui serait la cause de sa noyade, mais plutôt son épuisement... Si elle était un peu sensée et il en doutait de moins en moins, elle se laisserait porter par le courant pour économiser ses forces et s'éloigner de sa prison le plus vite possible... Il choisit donc cette option tout en pestant contre cette mission où rien ne se passait comme prévu.

*Je déteste les missions dans lesquelles je dois aussi m'occuper des autres en plus de ma propre personne*

Ce faisant, il commença à chercher du regard l'Elfe blanche dont la pâleur de teint ne manquerait pas de l'aider tout en guettant les moindres signes de poursuite. Seule consolation: avec leurs armures, les gardes ne plongeraient pas à leur suite et il leur faudrait un bon moment pour faire le chemin nécessaire pour arriver à la rivière...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Edhel
Fondatrice


Nombre de messages : 663

MessageSujet: Re: Une ombre dans la nuit   Mer 24 Avr - 11:32

Une pression sur son popotin et l’elfe bascula dans le vide. Le choc avec l’eau glacée fut rude. C’était comme s’écraser sur un lit de tessons de verre. Le froid lui mordit chaque centimètre carré de son corps et lui coupa la respiration. Elle se débattit tant qu’elle put pour se maintenir à la surface mais ses forces l’abandonnèrent vitesse grand V. Le courant acheva de l’entrainer loin de sa geôle mais à quel prix ! Plus le temps passait, plus elle sentait l’eau qui s’infiltrait dans ses poumons à chacune de ses tentatives pour reprendre de l’air. Elle ne voulait pas mourir ! Pas maintenant ! Trop concentrée sur sa propre survie, elle en avait momentanément oublié Ezrhyl.

D’ailleurs le gamin aurait difficilement pu lui venir en aide. Les ténèbres les entouraient rendant la vision quasi nulle. Seule restait cette sensation de froid intense que procuraient les flots. Ballotés dans tous les sens, le duo finit par dépasser Eryndûr sans s’en rendre compte et continua son périple aquatique.

Au bout d’un temps incertain, la vitesse de l’eau ralentit. En se rapprochant du bord, on pouvait avoir pieds. Du moins si on était un adulte. A l’horizon, la pointe rougeoyante du soleil annonçait l’aube. Autour des naufragés, tout n’était qu’arbres et silence. Au vue de l’opulence végétale, ils devaient être loin de la capitale des elfes noirs. Sur la rive, deux corps pour l’instant immobiles puis l’un commença à remuer faiblement. C’était le plus petit des deux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ezrhyl
Guilde des Bardes


Nombre de messages : 369
Localisation : Sur la grand place
Métier de votre personnage : Espion
Age : 123 ans

MessageSujet: Re: Une ombre dans la nuit   Mer 1 Mai - 8:35

Il toussa évacuant le reste d'eau qui lui encombrait les bronches.
Il était allongé sur ce qui lui paraissait être une plage de galet. Il se souleva sur ses paumes et genoux...
Sa tête battait au rythme de la circulation de son sang et manquait d'exploser à chaque pulsation. Il passa sa main à l'arrière de son crâne. Quelque chose de chaud et gluant lui teinta les doigts alors que les souvenirs lui revenaient petit à petit.

Il avait beau savoir nager de façon très correcte, il ne se posa pas d'avantage la question de savoir pourquoi si peu de personne se baignaient dans la rivière. Elle sortait de la montagne avec encore la violence et la température d'un torrent.
Son regard se perdait souvent dans les écumes et il avait du mal à suivre les trajectoires désordonnées de sa protégée. Pour la première fois en effet, depuis qu'il l'avait sortie de sa geôle, il se sentait une responsabilité envers l'Elfe qui aurait du n'être qu'une ennemie. Mais quelque chose dans son courage avait fini par gagner le respect du jeune espion. Il arracha sa cagoule de sa tête et la laissa partir dans le courant gorgée d'eau elle ne laissait pas suffisamment passer l'air.
Très vite il comprit qu'elle était en danger. Rien dans ce qu'il pouvait deviner ne lui laisser espérer qu'elle était en mesure de lutter contre la rivière. Dans ses efforts pour la rejoindre, il finissait pas perdre la vigilance qu'imposait sa propre sécurité et ce qui devait arriver arriva...
Quelque chose le frappa derrière la tête. Un arbre charrié par le courant? Un rocher dans un tourbillon? Son regard s'obscurcit malgré ses efforts pour garder toute sa conscience. Une dernière fois il aperçut la forme floue de la fugitive avant de sombrer dans des ténèbres lourds et profonds...

*La femme!*

Encore à quatre pattes il jeta un regard à l'entour et l'aperçut non loin de là inerte. Son sang ne fit qu'un tour.

*Bon sang!*

En titubant il se précipita vers le corps étendu sur les galets; les pieds encore baignés par les flots qui caressaient le rivage et le visage tourné vers le ciel. Il se laissa tomber à genoux à côté de le femme inerte et approcha sa joue de sa bouche afin d'y recevoir un souffle de vie, qui ne vint pas.
Machinalement, il lafit rouler sur le côté et un filet d'eau coula de la commissure de ses lèvres bleuies.
Pour se donner du courage, il se mit à parler à haute voix

"Ah Non! Tu ne m'a pas obligé à jouer les truites pour me laisser bredouille et trempé!!"
...
Allez! Respire!...
...
Bon sang C'est pas une petite baignade qui va avoir raison de toi!!!....


L'ayant remise sur le dos, il commença à lui comprimer la poitrine en rythme, mais ses compétences de secouristes étaient succinctes et après quelque minutes ses derniers espoirs s'évanouirent...
Il s'assit près du cadavre pour reprendre son souffle et ses esprits, les genoux dans les bras et le tête baissée. Il s'agissait à présent qu'il pense à lui. Les gardes s'étaient certainement mis à leur poursuite et il ignorait depuis combien de temps il se trouvait sur la plage. Seul indice, le jour n'était pas encore levé ce qui signifiait qu'il n'avait pas perdu trop de temps.
L'urgence était de rentrer dans son repère et là il aurait tout le loisir de se remettre les idée en place... Pour ce faire, il devait se donner le temps de le faire en détournant et en déjouant les sbires du Chef.
Le corps de la fugitive devenait alors dangereux. Il le traîna alors jusqu'à la rivière pour le remettre dans le courant. Plus bas elle serait retrouvée et plus il aurait du temps devant lui.

*Adieu, courageuse inconnue!... Que le panthéon de ton peuple t'accueille...*


Il décida ensuite d'effectuer une large courbe pour rejoindre l'entrée de la ville. Cela lui donnerait le temps de sécher et lui éviterait peut être de croiser les gardes. Inutile d'espérer qu'ils se soient contenter de les imaginer morts noyés. De sa dague il coupa une branche qui lui servirait à effacer ses traces derrière lui.
Il se mit donc en route, s'efforçant de rester à couvert, attentif aux signes que l'environnement pouvait lui donner et évitant de déranger la végétation. Dans une histoire de survie les choses se jouent à si peu parfois...
La bonne nouvelle était que la marche aidait à la circulation de son sang dans les veines et qu'il se réchauffait rapidement. Petit à petit sa bosse bien qu'encore douloureuse ne l'empêchait plus de réfléchir et bientôt ses cheveux recouvriraient en partie tout au moins sa plaie...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une ombre dans la nuit   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une ombre dans la nuit
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une ombre dans la nuit [ Ne pas répondre, merci. ]
» Comme une ombre dans la foule... [libre] [TERMINE]
» Une mélodie dans la nuit [LIBRE]
» « L'hiver s'installe doucement dans la nuit, la neige est reine, à son tour. » - Panthère des Neiges.
» Hope'N Death est arrivéééé !!! Pour tout massacrerrrr !!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Aranarth Edhellen, la terre des elfes :: Eryndûr, capitale des elfes noirs :: La Résidence du Chef :: La Salle d'Interrogatoire-
Sauter vers: